Enquête sur l’industrie de la frite entre France et Belgique

Lire l'enquête

Participez à notre enquête

Nous voulons dévoiler ce qui se cache derrière les millions de tonnes de pommes de terre consommées chaque année dans nos contrées. Nous allons remonter la filière de la pomme de terre, du champ à la frite. Et nous avons besoin de vous.

Vous vivez en Belgique ou en France ? Vous cultivez des pommes de terre ou vous travaillez à leur transformation ? Vous êtes riverain·e d’un champ de patates ou d’une usine ? Partagez-nous votre expertise.

Votre expertise*

Quelle information aimeriez-vous partager avec nos journalistes ?

Les informations que vous renseignez guident notre enquête et ne seront pas publiées sans votre consentement. Un·e journaliste d’Apache, Médor ou Mediacités pourrait vous recontacter pour obtenir des précisions. Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d’autres fins.
Le super congélateur de l’usine Clarebout Potatoes de Comines-Warneton (Belgique), face au village de Deûlémont (France) / Pierre Leibovici

Foire aux questions

Pourquoi enquêter sur les pommes de terre ?

Nous aimons les frites, mais que cachent-elles ? La Belgique et la France sont les seuls pays d’Europe où la surface dédiée à la culture des pommes de terre augmente depuis les années 2000. Pourquoi ? Et surtout, à quel prix ?

Depuis plusieurs semaines, nous partons à la rencontre de professionnel·le·s du secteur et nous épluchons des dizaines de documents confidentiels. Des grands groupes industriels à la surconsommation d’eau, de l’utilisation des produits chimiques à l’accaparement des terres, nous voulons révéler le fonctionnement du modèle industriel de la pomme de terre.

Quels sont les médias à l’origine de cette enquête ?

Trois médias ont décidé de s’allier pour cette enquête :

  • Apache, un site d’investigation coopératif basé en Flandres
  • Médor, un magazine papier et web coopératif basé en Wallonie
  • Mediacités, un site d’investigation qui compte quatre éditions locales en France (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)

Dans cette équipe multinationale, on trouve des journalistes qui aiment prendre le temps d’enquêter sur des sujets d’intérêt public. Nous nous appuyons au quotidien sur le public pour trouver des informations, enrichir nos enquêtes et, in fine, produire un journalisme utile.

Par qui cette enquête est-elle financée ?

Par les ressources propres d’Apache, Médor et Mediacités. Et donc par vous : nos trois médias sont indépendants, financés uniquement grâce à leurs lectrices et leurs lecteurs. Pour en savoir plus sur notre fonctionnement, rendez-vous sur nos sites :